acouphène

Auditions : Remédier aux « Acouphènes »

Au cours de la Journée de l’Audition, il sera notamment question d’un trouble désagréable, les acouphènes, dont souffrent régulièrement 3 millions de personnes.

Qu’est-ce que les acouphènes ?

Ce sont des bourdonnements ou sifflements, pouvant accompagner ou non une surdité acquise ou une presbyacousie, de nombreux  » acouphéniques  » ayant une audition normale. Ces troubles, objectifs ou subjectifs, répétitifs et persistants (à ne pas confondre avec les sifflements ou bourdonnements brefs, ordinaires, qui arrivent à tout le monde), sont susceptibles d’intervenir à toute heure du jour ou de la nuit et imitent des bruits désagréables (automobile, perceuse, sonnerie, etc.). Les acouphènes sont des bruits venus du cerveau qui ne sont plus filtrés et arrivent à la conscience.

Ils sont souvent dus à la perte des cellules sensorielles et nerveuses de l’oreille interne (les  » cellules ciliées « ) qui n’ont pas la capacité de se renouveler. Lorsqu’ils finissent par occuper tout l’espace mental, les acouphènes génèrent du stress, de l’angoisse, parfois une dépression.

Peut-on prévenir les acouphènes ?

Le stress et les agressions sonores favorisent les acouphènes. Il s’agit donc de se protéger systématique du bruit excessif : éviter de se placer trop près de haut-parleurs, ne pas trop monter le son d’un baladeur, porter une protection auditive si l’on travaille ou séjourne dans un environnement bruyant…

Existe-t-il un traitement contre les acouphènes ?

La démarche thérapeutique consiste d’abord à faire avec son ORL un bilan auditif destiné à éliminer une cause grave éventuelle, rare, exigeant un traitement spécifique. Le médecin conseille en général, en cas de perte auditive, le port d’une aide destinée à masquer les acouphènes.

Il n’existe pas de médicament efficace contre les acouphènes, seulement des médicaments pouvant agir sur les symptômes et les conséquences (anxiolytiques, myorelaxants, vasodilatateurs…). A l’avenir, il sera peut-être possible de les traiter grâce à de nouvelles molécules appliquées directement au contact de la cochlée (l’organe primordial de l’audition, appelé aussi  » limaçon « , en forme de coquille d’escargot, situé dans l’oreille interne).

Enfin, il peut être utile de parler de ce trouble avec d’autres personnes qui en sont atteintes afin de le dédramatiser (par exemple au sein de l’association France Acouphènes), voire de suivre des thérapies psychologiques, de relaxation et/ou d' » habituation  » pour apprendre à gérer son stress et à neutraliser ses acouphènes.

En tout état de cause, il convient de consulter rapidement un ORL en cas d’apparition brutale d’un acouphène, persistant au-delà de 24 ou 48 heures, afin de bénéficier d’un traitement qui sera plus efficace que si l’on attend trop longtemps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *