stethoscope

Comment fonctionne un stéthoscope ?

Pour un médecin, le stéthoscope est un matériel incontournable et indispensable pour ausculter les malades. Cet équipement, devenu le symbole de la profession, est conçu avec un système très bien étudié et un mécanisme basé sur la transmission du son. En effet, le stéthoscope retransmet et accentue le son perçu par l’oreille du médecin. Pour assurer cette fonction, cet outil médical est doté de plusieurs composants. 

Le stéthoscope vu à la loupe 

Le stéthoscope est composé de deux embouts au contact des oreilles à chacune de ses deux extrémités. Ce sont ces deux embouts qui sont introduits dans les oreilles et servent de système d’isolation, pour éliminer les bruits autour. Afin que le port soit confortable, ils doivent être souples. Les embouts sont placés sur le bout de deux tubes raides, qui ont pour rôle de diffuser le son vers les oreilles

Le stéthoscope comprend aussi une partie en métal qui sert de support à la tubulure. Cette partie est formée par les embouts, les tubes et le ressort de la lyre qui joue un rôle dans la fixation du stéthoscope au niveau des oreilles. Pour sa part, le tube en plastique appelé tubulure conduit le son depuis le pavillon en direction de la lyre. Pour obtenir une excellente transmission, certains stéthoscopes sont dotés de deux tubulures. 

Le pavillon est l’élément du stéthoscope qui est en contact avec le malade. Il dispose d’une membrane qui canalise le son. 

Le principe d’utilisation d’un stéthoscope

Lors de l’auscultation d’un malade, le médecin place le pavillon sur la partie à ausculter. Celui-ci capte le son sous forme de vibration et le transporte en direction de la tubulure. Cette dernière conduit ensuite le son capté vers la lyre et les embouts placés sur les oreilles. Certains modèles sont équipés de deux pavillons. Pour utiliser l’un ou l’autre, il suffit de le retourner. Chacun de ces pavillons a une utilité précise. Chacun transmet deux fréquences différentes : haute ou basse, utilisées selon le besoin du médecin lors de l’auscultation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *