convulsions de l'enfant

Convulsions de l’enfant : Agir vite pour éviter des séquelles

Un enfant de moins de 5 ans sur vingt subit des convulsions durant un accès de fièvre. Ce trouble spectaculaire ne laisse souvent aucune séquelle si l’on réagit en urgence.

Comment des convulsions se manifestent-elles ?

Il s’agit de manifestations qui surviennent brusquement à la suite d’une brusque montée de fièvre, dans la grande majorité des cas, chez l’enfant âgé de 1 à 6 ans. L’enfant perd connaissance, se raidit, ses yeux se révulsent et son corps s’anime de secousses rythmées, puis l’enfant revient à lui : il s’amollit, est très pâle, respire bruyamment et peut tomber ensuite dans un profond sommeil.

Les convulsions peuvent être consécutives à une otite, une angine, toute maladie infectieuse donnant de la fièvre, mais aussi une vaccination, l’ingestion de produits ou de médicaments toxiques, l’épilepsie ou un trouble du métabolisme. La crise ne dure souvent que quelques secondes ou minutes, mais est très impressionnante.

Il est clair que plus elle dure, plus elle est grave…

Quelle conduite tenir face à des convulsions ?

C’est un cas d’urgence vraie. Il s’agit donc d’alerter rapidement le médecin ou le 15. En attendant l’arrivée des secours, il ne faut pas paniquer : éloignez de l’enfant tout ce qui pourrait le blesser pendant la crise, couchez-le sur le côté en position latérale de sécurité (pour un bébé, allongez-le avec un coussin calé derrière le dos) pour qu’il ne s’étouffe pas s’il vomit…

A son arrivée, le médecin administrera à l’enfant toujours en crise un médicament (en général du valium, par voie rectale) pour stopper la crise, puis le faire éventuellement hospitaliser pour obtenir un bilan complet, surtout si la crise survient en dehors de tout contexte de fièvre.

Comment prévenir et traiter les convulsions ?

Traiter la fièvre et l’infection qui la provoque suffit en général pour éviter les convulsions fébriles, les plus fréquentes. Il faut donc surveiller attentivement un enfant qui fait une brusque montée de fièvre et la faire baisser : lui donner un médicament contre la fièvre (aspirine, paracétamol, ibuprofen en alternance), le faire boire fréquemment, ne pas trop le couvrir, voire l’envelopper de linges humides, lui placer une vessie de glace au niveau du cou ou lui donner un bain à 2° en dessous de sa température assez longtemps pour voir la température baisser.

Après une crise sévère ou en cas de crises répétées, le médecin pourra préconiser une hospitalisation, prescrire des examens complémentaires pour rechercher la cause précise des convulsions, et donner à l’enfant un traitement de fond et de longue haleine. A noter qu’un patient sujet à des convulsions liées à une épilepsie doit toujours être en possession des informations sur son traitement et des coordonnées du médecin traitant.

Les convulsions laissent-elles des séquelles ?

Rarement, si l’on adopte la bonne conduite d’urgence. Les convulsions fébriles, bien prises en charge, n’entravent pas le développement normal de l’enfant. En revanche, les séquelles à craindre sont celles provoquées par des convulsions symptomatiques de maladies graves comme une méningite, une encéphalite ou une épilepsie sévère. Elles peuvent alors se traduire par des troubles neurologiques (psychomoteurs, intellectuels ou sensoriels). Un suivi médical très sérieux s’impose alors.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *