saignement nez

Saignement de nez : Ayez les bons réflexes

Le saignement de nez (ou « épistaxis ») peut parfois avoir un caractère spectaculaire ou affolant. Quelques gestes simples permettent de le stopper ou de le contenir en attendant de consulter éventuellement un médecin.

Pourquoi saigne-t-on du nez ?

L’épistaxis (ou saignement de nez) peut avoir de multiples causes. Dans 80 % des cas, elle est bénigne et concerne surtout des enfants ou des personnes âgées.

Elle est due à de légers traumatismes de la muqueuse nasale qui est richement vascularisée, à des lésions de petits vaisseaux fragiles au contact des surfaces ostéocartilagineuses du nez. Pour le reste, elle peut être le symptôme d’affections déjà connues ou qu’elle va révéler (hypertension artérielle, inflammation chronique des fosses nasales, hémophilie, angiopathies, etc…).

Comment réagir face à un saignement de nez ?

Il y a deux cas de figure : l’épistaxis survenant de manière inopinée, sans cause apparente, et celle produite par un traumatisme.

Dans le premier cas, a priori bénin, quelques gestes simples s’imposent :

* Mouchez-vous afin d’éliminer un éventuel caillot de la cavité nasale qui favorise le saignement ;

* En position assise, penchez-vous en avant afin d’éviter de déglutir le sang et non en arrière comme le font beaucoup de personnes à tort ;

* Comprimez pendant au moins une dizaine de minutes avec le doigt la narine d’où s’écoule le sang contre la cloison du nez en vue de permettre la coagulation ;

* Enfin, un peu de glace appliquée localement peut apporter un soulagement.

En cas de saignement dû à un traumatisme, les mêmes gestes s’appliquent, sauf si la personne est inconsciente : dans ce cas, placez la personne allongée sur le côté, le visage orienté de telle sorte que le sang s’écoule, en position latérale de sécurité, et prévenez d’urgence les secours.

Y-a-t-il des gestes à éviter ou carrément interdits ?

Dans un cas grave, face à une victime inconsciente, il ne faut surtout pas la coucher sur le dos la tête en arrière : la syncope peut survenir par phénomène d’inhalation. Dans les situations apparemment bénignes, évitez d’introduire des mèches (et en tout cas jamais de coton hydrophile) dans le nez et de garder la tête en arrière.

Faut-il consulter en urgence un médecin ?

Dans la majorité des cas, il n’y a pas d’urgence. Un coup de fil peut suffire pour obtenir un conseil ou un rendez-vous du médecin traitant. L’épistaxis très abondante ou prolongée, provoquée par un traumatisme, survenant chez une personne hémophile ou traitée aux anticoagulants, liée à une maladie sérieuse connue, ou encore le cas d’une victime inconsciente, toutes ces situations imposent une consultation médicale en urgence, voire une hospitalisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *