seniors espérance de vie

Santé : En France, les citadins vivent plus longtemps que les ruraux



Selon des études mandatées par l’association des maires de France, il s’avère que les citadins vivent plus longtemps que les ruraux. Une situation qui pourrait s’expliquer par les difficultés d’accès aux soins médicaux dans les campagnes.

Un fossé qui ne cesse de grandir

Nombreux sont ceux qui nourrissaient le rêve de s’installer en milieu rural où il fait bon vivre avec de l’air naturel. Cependant, de récentes études viennent de démontrer que l’espérance de vie serait réduite dans ce milieu. Elle est en complète régression depuis ces 30 dernières années. Une situation qui s’explique, en partie, par les difficultés d’accès aux soins hospitaliers en milieu rural. Certes, l’air est pur en campagne, et l’alimentation est plus saine. Mais face à certains facteurs, la tendance pourrait être renversée.

Si le fossé a commencé à se creuser depuis bien longtemps, c’est suite à la crise financière de 2008 qu’il s’est considérablement agrandi. Aux termes de ces études, il s’avère que les citadins vivent deux ans de plus que les villageois. Selon le rapport publié, les hommes sont les plus mal-logés et ont une espérance de vie à la naissance de moins de 2,2 ans contre 0,9 an pour les femmes. Une situation expliquée par le fait que les soins sont rares et tardifs dans ces zones, avec le manque de médecins.

Il est à craindre que cette situation ne s’aggrave davantage dans les années à venir, avec l’accroissement des déserts médicaux. Les médecins sont, en effet, en sous-effectif en raison du départ en retraite de la plupart d’entre eux. Selon les prévisions, dans les trois ou quatre années à venir, l’espérance de vie pourrait encore baisser plus en campagne.

Le but de ces études n’est pas d’alerter la population, mais de jeter les bases tangibles d’une étude plus solide. Il s’agit, pour les pouvoirs en place, de réfléchir à la solution à adopter. Pour le Professeur Emmanuel Vigneron qui a dirigé les travaux, les agences régionales de santé ont pour missions de réduire les inégalités. Elles devraient donc se saisir de ce dossier pour aider les organes politiques à prendre des mesures au profit des campagnes.

En 2019, les hommes vivant dans les campagnes vivaient 78,5 ans contre les hommes vivant en zone citadine qui pouvaient vivre jusqu’à 80,7 ans. Trente ans auparavant, cet écart était de 3 mois seulement. En 1990, l’homme rural pouvait atteindre 77,9 ans contre 73,2 ans pour le citadin.

Pour les femmes, l’écart n’est pas aussi grand. En 1990, il était de 3 mois seulement contre 9 mois en 2019. Le fossé est encore plus grand en outre-mer, avec 2,8 ans pour les hommes et 1,3 an pour les femmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *